Droit pour non-juristes : la communication

Carine Piccio



8 Février 2010


La société de l’image dans laquelle nous vivons et les outils dont nous disposons pour diffuser de l’information, banalisent la création, l’édition et la communication au service de la marque. Droit pour les non-juristes : la communication (Dunod, 2010) de Carine Piccio constitue un véritable guide pratique à toujours garder sous la main, dès lors que l’on est en charge de la communication et de la promotion d’une marque. Ce vade-mecum, clair et pédagogique, traite concrètement tous les cas que l’on peut rencontrer en communication média et hors média et rappelle les règles du droit pour éviter bien des contentieux inutiles.

Pourquoi cet ouvrage est-il nécessaire ?
Le constat est aujourd’hui sans appel : des règles existent, d’ailleurs pour certaines depuis longtemps, mais ont vocation à s’appliquer plus rigoureusement qu’hier. Si la méconnaissance de ces règles était sans conséquence alors, ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Les raisons sont multiples, qu’il s’agisse de l'avènement de l'Internet comme média de masse, qui a mis au goût du jour de nombreuses problématiques juridiques (droits des créateurs, des photographes, des personnes photographiées...) ou plus simplement de la judiciarisation de la société.
Le droit est depuis toujours perçu comme un frein à la communication, alors qu’il est également garant du respect de la communication d’une entreprise. S’il impose de suivre des règles pour communiquer en toute légalité, le droit protège également l’image de l’entreprise des atteintes qu’elle subirait.
Ce livre a vocation à attirer l’attention de professionnels de la communication sur les problèmes juridiques auxquels ils sont quotidiennement confrontés, sans pour autant y avoir été formés.

Le service juridique de l’entreprise ne traite-t-il pas ces problèmes ?
En général, l’entreprise dispose en interne de juristes qui possèdent, pour certains, une expertise de ses « métiers » et concourent, pour d’autres, à son bon fonctionnement (droit du travail, fiscalité…).
Il est beaucoup moins aisé pour une entreprise, qui n’en a généralement pas les moyens, de s’adjoindre les services d’un juriste spécialisé sur les problèmes soulevés par sa communication. Quand bien même le besoin juridique existe et se fait plus pressant, il l’est toujours moins que celui soulevé par le cœur de métier d’une entreprise.
En conséquence, rares sont les entreprises, quand leur activité n’est pas de communiquer (journaux, éditeurs, agences de pub…), qui font le choix d’embaucher un juriste dédié à leur communication.

Quelles sont les dérives les plus fréquemment observées ?
Dans une société de l’image, les droits en jeu pour la diffusion d’une photo (qu’il s’agisse du photographe, des personnes photographiées, des propriétaires d’objets photographiés) sont souvent source de conflits (absence d’autorisation, autorisation insuffisante, autorisation obsolète).
Les nouvelles technologies de l’information favorisent la diffusion de contenus en tous genres (textes, sons, images, dessins, photos…) comme la multiplication des litiges sur les droits en cause (des auteurs, des graphistes, des compositeurs de musique…).
Dans un tout autre registre, les techniques de promotion impliquent de plus en plus souvent l’utilisation de données à caractère personnel pour atteindre un consommateur (par exemple, utilisation d’adresses de messagerie pour l’envoi d’un e-mailing…). Or, les débordements sont là aussi nombreux.

Comment est bâti votre ouvrage ?
Mon livre a vocation à « coller » au quotidien du professionnel de la communication.
Après avoir posé les bases de l’environnement légal de la communication, il traite de la démarche de création d’un outil, à partir de l’exemple du magazine de marque, dont il présente la conception et l’élaboration du contenu.
Ensuite, le livre aborde successivement la question de la communication média et hors média. L’évolution des technologies de l’information a considérablement assoupli la distinction entre les deux.
De fait, on retrouve donc certains aspects des problématiques abordées dans la partie consacrée à la communication média, traités ici sous l’angle publicitaire (création et protection d’une publicité, protection du consommateur qui en est la cible et des concurrents susceptibles d’en être victimes) et dans la communication hors média. Ainsi, les questions abordées, comme par exemple la protection d’un slogan publicitaire, sont autant d’actualité s’il est diffusé dans un média de masse, que par le biais d’un support hors-média.
Pour finir, l’ouvrage aborde la communication numérique, en détaillant notamment les étapes de la création d’un site internet.

© DUNOD EDITEUR, 10/02/2010
 

Droit pour non-juristes : la communication

Publicité, promotion, image, marque, création...

Collection: Hors collection, Dunod
2010 - 288 pages - 155x240 mm
EAN13 : 9782100510498 Prix TTC France 26,00 €

  • Newsletters
  • livres numériques